• Ghost In The Shell Stand Alone Complex

    En résumé

     

    2030. Le futur. Les progrès scientifiques n'ont pas cessé de modifier l' homme et la société dans laquelle il vit. Le réseau Internet a continué à se développer, et les implants cybernétiques et autres prothèses se retrouvent dans presque tous les individus. Une liaison neurale permet à certains individus d' entrer en contact avec d' autres, rendant les anciens modes de communication comme les téléphones portables. Les gens finissent par se doter de nouvelles enveloppes corporelles ou de nouveaux membres cybernétiques, qui pallient aux anciennes faiblesses du corps humain. Dans cet univers modifié en profondeur, est apparue de la même manière un nouveau type de criminalité, impliquant hackers et cyber-terroristes aux motivations des plus diverses. Pour lutter contre ces criminels, le gouvernenement japonais a décidé de proposer une réponse adéquate à cette situation. Ainsi, la Section 9, directement aux ordres du Ministère de la Justice, à l' existence inconnue du grand public, regroupe-t-elle des agents d' élite chargés de la lutte contre le cyber-terrorisme et la cyber-criminalité. Menée par leur chef Aramaki, la Section 9 regroupe des agents charismatiques : le Major Kusanagi, une jeune femme brillante et redoutable, une guerrière d' exception qui prend souvent la tête des missions diligentées par le ministère, Bato, une montagne de muscles, le très humain Togusa (l' un des rares humains ayant refusé la cybernétisation à outrance et conservé son corps originel), et bien d' autres membres.


    Description d' un mythe

     

    En 1995, 3 ans après le monument Akira, un nouveau film modifie la perception de l' animation que pouvait avoir le public occidental. Bloqué culturellement sur l' idée stupide qu' " animation=support pour un spectacle destiné aux enfants ", le public occidental a l' occasion de découvrir avec Ghost In The Shell une histoire intelligente, profonde, politique, philosophique... "Adaptation" d' un manga de Masamune Shirow, spécialiste de mangas cyber-punk, ce film est l' oeuvre du réalisateur Mamoru Oshii qui s'empare du matériau originel pour en proposer sa propre vision. De ce fait, certaines divergences sont à noter par rapport à l' oeuvre originale pour un spectacle adulte requiérant une certaine attention et faisant appel à l' intelligence du spectateur. Le film oppose les membres de la Section 9 à un cyber-terroriste appelé le Puppet Master, avant que ne se dévoile la véritable nature du criminel.
    Un tel succès dans l' histoire de l' animation ne pouvait rester lettre morte, et pendant que Oshii réalise un film reprenant certain des personnages de l' univers de GITS, Innocence, une série animée est lancée en production. Le pari est cette fois de proposer un anime plus fidèle au manga originel, tout en ne négligeant pas le fait que ce sont surtout les fans du film d' Oshii qui pourraient faire le succès de la série, et qu' il faut donc rester dans la continuité de ce dernier. Pour cette série, la construction scénaristique se fait de la même façon que pour la majorité des séries animées japonaises : elle commence par une série d' épisodes loners avec une seule intrigue par épisode, chargés de nous faire prendre contact les différents personages, avant que ne se profile une intrigue générale liant plusieurs épisodes les uns aux autres, qui courra jusqu' à la fin de la série. Les scénaristes poussent le concept jusqu' au bout : à la manière d' un X-Files, la série se partagera donc entre épisodes Stand Alone, et épisodes Complex, racontant une seule et même intrigue. La Section 9 est une fois de plus confrontée à un hacker de génie, le Rieur (“the Laughing Man”, en VO), dont les actions impliquent des enjeux économiques et politiques.
    Les scénaristes parviennent à produire des scénarii de qualité, demandant la même attention soutenue que demandait celle du film. Si le monde décrit par la série présente une société marquée par de nombreux progrès informatiques et cybernétiques, l' univers dépeint reste assez proche du notre pour que le téléspectateur puisse s'y impliquer. Et n'est surtout qu' un masque, un décor utilisé pour raconter des histoires dramatiques profondément humaines (de même que le faisait déjà X-Files). Foisonnante d' idées et de concepts, brillante dans son écriture et sa réalisation, la série regorge de clins d' oeil et de références littéraires et cinématographiques, en plus de puiser à tous les registres.
    La série se paye en plus le luxe de mettre à contribution l' une des meilleures compositrices de musiques d' animes, la talentueuse Yoko Kanno, ayant auparavant travaillé sur Cowboy Bebop, Arjuna, entre autres.
    Cette série est donc une incontestable réussite, une de plus à ajouter au crédit du studio qui l' a produite, Production I.G., studio derrière le segment animé du film Kill Bill, mais aussi le film Blood (décliné lui aussi en Série TV par les bons soins du studio).


    Le Futur de Stand Alone Complex

     

    Devant le succès de la série, une nouvelle saison ( the 2nd Gig) fut produite, qui poursuit le succès de la série. On retrouve avec plaisir les mêmes éléments et personnages, et le mélange politique, philosophique et dramatique de la saison 1. Cette fois, c'est Mamoru Oshii lui-même qui participe au scénario de la série, ce qui permet de retrouver les éléments inhérents à ses travaux. Le découpage de la série s'est encore complexifié, la série porposant des épisodes Dual, Dividual ou Individual. Le Rieur a laissé la place aux mystérieux Onze Individuels, qui ne dévoilent leur secret que progressivement. Un nouveau protagoniste, , est apparu, mystérieux et manipulateur. Son passé ne nous est révélé que progressivement, et la Section 9 fera souvent les frais de ses manigances. Au coeur de la majorité des épisodes de ce 2nd Gig, la question épineuse des réfugiés, ces "intrus" qui tentent de trouver leur place au Japon.
    Cette seconde saison régale tout autant que la première, heureux que nous sommes de retrouver des intrigues complexes et adultes, ainsi que nos personnages dont le passé continue à nous être dévoilé.
    Et le futur de cet univers se poursuit encore avec, devant le succès de la série, la production d' un film d' animation se déroulant 2 ans après les événements de la seconde saison, Solid State Society, avec un nouvel hacker manipulateur, successeur des Puppet Master et Rieur, au centre de l' intrigue.

    En France, la série a connu certaines diffusions sur des chaînes du cable, et est éditée en DVD chez Beez. une édition soignée et de qualité, proposant force suppléments (multiples interviews, notes d' informations sur les épisodes, VOST et VF... ) et goodies (box collector, T-Shirt, bandes originales... ).


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique